Qui est Elodie Lombard, votre architecte et décoratrice d’intérieur ?

Enfance et études

 

Née le 12 juin 1974 à Marseille (département des Bouches du Rhône 13), la Treille, très joli petit village de Marcel Pagnol. Elodie a grandi au milieu d’une famille d’artistes et artisans : Un papa et une fratrie qui font carrière dans les arts graphiques et une maman artisan coiffeur.

Depuis toute petite son rêve était de devenir architecte d’intérieur. Néanmoins, après une scolarité au Lycée Tiers en arts appliqués, ses professeurs et ses parents la poussent vers un bac scientifique C et des études supérieures en finances dans le centre KEDGE business school à Luminy, au cœur du parc des Calanques de Marseille…Elle commence donc en 1998, une carrière dédiée à la finance et aux marchés financiers…A la Banque Martin Maurel (une des dernières banques familiales marseillaises), suivi de 8 années chez HSBC private banking Marseille Prado.

 

Première reconversion professionnelle

 

Très vite sa passion la rattrape. Malgré sa réussite dans le secteur financier, Elodie passe son temps libre à dessiner des plans pour relooker et restaurer les maisons de tous ses amis, sa famille et la sienne…

« je suis heureuse et épanouie avec un pinceau dans les mains et des idées plein la tête. Mon métier de financier nourrissait ma famille mais ne m’épanouissait pas. Au fond de moi, je savais que je n’étais pas sur le bon chemin… » nous confie-t-elle.

 

En 2007, après 8 d’activités dans le secteur de la finance, sa vie bascule. La perte de sa sœur jumelle lui fait prendre conscience du véritable sens de sa vie. Elle prend conscience que la plus belle des richesses d’une vie se trouve dans l’épanouissement personnel, bien avant la réussite sociale. Vient le temps du premier bilan de sa vie, provoqué malgré elle par une terrible épreuve qu’est la perte d’une sœur jumelle.

« tout ce que je fais désormais, je le fais pour ma sœur, Céline, et avec Elle. Ma vie est devenue riche de sens malgré l’épreuve… » nous confie-t-elle.

Elle décide alors de tout quitter, pour une première reconversion professionnelle. A l’aide du FONGECIF (après un bilan de compétences), elle entreprend une formation de céramiste à la prestigieuse école de Céramique d’Aubagne (née de l’association des santonniers et céramistes de la ville d’Aubagne en Provence en 1989).

Création première entreprise artisanale

 

Après plus d’une année passée à l’école d’Aubagne, Elodie se lance dans l’aventure de la céramique …Première étape vers son épanouissement personnel.

« c’ est une des plus belles aventures de ma vie. J’y ai rencontré des personnes formidables, partagé des expériences extraordinaires…La rencontre avec la terre m’a sauvée de mon chagrin et m’a offert une renaissance. L’obtention de mon diplôme de Tournage en céramique a été un des plus difficiles à obtenir, bien plus que mon Master en Finances !! » nous avoue-t-elle !

architecte interieur Marseille

Architecte interieur Aix en Provence

C’est en Normandie, dans le petit village de Marolles, au cœur du pays d’Auge, que l’Atelier Terre d’Autrefois voit le jour. Elodie y a posé ses valises avec son mari et ses deux enfants, Tom et Elisa, en 2008. Très vite, pour éviter l’isolement dans son métier, elle créera en 2008 l’association « les fées d’Auge » : une association de femmes créatrices de Normandie qui a pour but de promouvoir l’artisanat au féminin.

C’est donc une aventure qui durera plus de 8ans, en tant que « fée céramique », où Elodie s’épanouira dans la création, au contact de la terre, entre cours et expos. La création céramique lui apporte un réel renouveau dans sa vie artistique.

 

Rattrapée par son rêve d’enfance : devenir Architecte d’intérieur

 

Cette première reconversion professionnelle permettra à Elodie de surmonter son chagrin et la rencontre avec la terre lui apporte toute l’énergie dont elle a besoin. Néanmoins dans son parcours artistique, au fond d’elle, elle sent qu’il reste une partie « inachevée » dans son épanouissement personnel.

 

« Nous avons tous en nous des rêves d’enfants qui ressurgissent à chaque remise en question sur notre chemin de vie…Comme un destin inachevé » c’est comme cela qu’elle interprète les choses.

 

Ainsi, en arrivant en Normandie, Elodie est « obsédée » par l’idée de restaurer entièrement un bâtiment. Elle passera des heures à rechercher la perle rare qui lui permettra de s’exprimer…Et elle finira par trouver une grange, vieille de plus d’un siècle, devenue quasiment une ruine, perchée sur un des plus beaux vallons du pays d’Auge.

Très vite, ce « coup de foudre » avec les lieux l’entraine dans une aventure de restauration qui durera plus de 3 ans…Ce fut une évidence, un rêve qui se réalise, dans la peau d’un architecte, Elodie passera des jours et des nuits à imaginer, et dessiner les plans de sa future maison. Rien ne sera laissé au hasard, très vite l’architecte sélectionné au départ pour se donner bonne conscience, s’avérait inutile. Elodie, nouvel « architecte en herbe ». Ce fut une aventure extraordinaire et que je souhaite à tout le monde que de donner naissance à « son nid »… La lumière est une priorité dans chaque réalisation entreprise.

achitecte interieur aix
architecte interieur marseille

Avant de commencer un chantier, la priorité porte sur la réflexion de la problématique de la lumière : comment faire en sorte de récupérer chaque rayon de soleil à n’importe qu’elle heure de la journée, tout en respectant les contraintes d’isolation et climatiques…

 

Pour Elodie, transformer et aménager un lieu de vie est comparable à la naissance d’un enfant…L’architecte donne vie à un lieu, une maison, une pièce de vie. Le travail d’architecte va bien au-delà de l’aspect technique de l’ouvrage (bien que celui-ci soit capital) pour Elodie. Son rôle est avant tout de donner vie à un endroit. Faire en sorte que l’on s’y sente bien et que l’on y puise une énergie, se sentir bien chez soi.

 

Cette expérience a été une réelle prise de conscience pour Elodie, son véritable chemin de réalisation artistique serait celui d’architecte d’intérieur. 

« c’est pour moi l’aboutissement d’un long cheminement intérieur, et une évidence murement réfléchie durant plus de vingt ans, pour l’amour du métier d’architecte d’intérieur »

Petit accident de parcours et retour à ses origines Marseillaises

 

On le sait bien, la vie n’est pas un long fleuve tranquille…En 2014, alors que son activé de céramiste était sur des rails, et après de multiples restaurations d’intérieurs dans les chaumières normandes, Elodie se sépare de son mari et doit alors « réintégrer le système » pour reprendre ses mots. En effet, si son activité artisanale l’épanouie, celle-ci ne lui permet pas d’obtenir un crédit et des aides financières auprès des établissement bancaires pour l’acquisition d’un bien immobilier ( qui malheureusement ont du mal à faire confiance aux métiers d’artisans).

 

Elodie reprend alors à contre cœur le chemin de salariée dans le secteur financier pour des raisons alimentaires. Néanmoins, ce nouveau virage à 180° lui permet d’envisager un retour aux sources, et grâce à une mutation professionnelle au sein du groupe AXA, Elodie s’installe en 2016 au cœur du parc Naturel des Alpilles, dans le très joli petit village d’Eyguières (entre le département des Bouches du Rhône 13, et le département du Vaucluse 84). C’est pour

 

Très vite, la nostalgie de sa vie artistique la rattrape, et le sentiment de ne pas être sur le bon chemin aussi. Après avoir « donné une âme à la petite maison qu’elle vient d’acquérir, elle n’a plus qu’une obsession, devenir architecte d’intérieur…

2017 le rêve devient réalité…Naissance de « LL Créa »

error: le contenu est protégé !